Le Livre d’Or du Cercle Jean Mandelbaum

La lettre perdue – Martin Hirsch (Stock) 2012

La Lettre perdue - Martin Hirsch (Stock) 2012

Jacques ATTALI : « Dîner merveilleux, trop agréable pour mon pessimisme. »

Bruno LUSSATO : « Superbe soirée qui renoue avec la tradition, hélas perdue des salons qui faisaient la gloire et le sel de notre capitale. Jean MANDELBAUM montre que jamais ni la télévision ni la télématique ne remplaceront la chaude compagnie des gens de bien. »

Emmanuel LE ROY LADURIE :  « Soirée, à mon égard en tout cas, fort stimulante. »

Alain FINKIELKRAUT : « Soirée très agréable et très douce. »

Dominique WOLTON : « Soirée agréable et détendue avec des participants curieux et libres. »

Michel SERRES : « Chaque époque a son système de communication fiable, privilégié. Rencontres et Echanges me parait être aujourd’hui le canal le mieux adapté à nos besoins qualitatifs. »

André GLUCKSMANN : « Mes amitiés pour une assistance aussi affectueuse. »

Jean-Edern HALLIER : « Le vrai plaisir de cette soirée. »

François CHATELET : « Tant de questions… Mais une sympathie si grande, si active, que l’on a  plaisir à répondre. Un plaisir intense. »

Vladimir VOLKOFF : « Une soirée passionnante. »

Jacques RUFFIE : « J’ai rarement eu l’occasion d’établir avec un auditoire très varié un dialogue d’une telle intensité, d’un tel niveau. Je pense que l’initiative que vous avez prise, en créant votre association culturelle est particulièrement heureuse. Ce type de rencontres « personnalisées », individualisant, est sans doute ce qui manque le plus au monde moderne soumis à l’uniformisation passive des mass-média. Je ne regrette pas d’avoir fait, pour vous, une exception à la règle qui m’amène à refuser presque toujours les invitations. »

Paul-Loup SULITZER : « Je suis passé sur le grill MANDELBAUM avec joie, je dirais même plus, avec plaisir. »

Georges DUBY : « Je vous remercie de tout cœur de m’avoir permis de rencontrer des auditeurs de cette qualité, et la diversité pour moi était du plus grand prix. Je vous assure très franchement que j’ai rarement eu autant de satisfaction et de profit à une conversation très libre comme celle d’hier soir. »

Edgard PISANI : « Merci pour une audience si exigeante et donc si stimulante. »

Maurice DRUON : « J’emporte un souvenir fort agréable de cette soirée fort amicale. »

Raymond ARON : « Je vous remercie de tout cœur. »

Bernard STASI : « Je garde un excellent souvenir de la soirée que j’ai passée avec vous et vos amis, et du caractère très direct des échanges auxquels elle a donné lieu. »

Bertrand POIROT-DELPECH : « J’ai été ravi de ce contact. J’admire votre sens des relations affranchies du nombre, cette horreur des temps qui courent. »

Georges DUBY : « Un échange vrai et pour moi une vraie rencontre d’un public comme j’aimerais en rencontrer souvent : attentif, critique, sensible. Merci de tout cœur. »

Eugène IONESCO : « Pour Monsieur MANDELBAUM, merci pour cette soirée si humaine, fraternelle, réconfortante, inattendue. »

Jacques SOUSTELLE : « J’ai passé, malgré les questions pénétrantes, une excellente soirée. »

Vladimir JANKELEVITCH : « Merci à tous ceux qui m’ont reçu ce soir si amicalement, traité si somptueusement et harcelé si impitoyablement. Ces trois adverbes joints donnent une faible idée de mon contentement. »

Françoise SAGAN : « En souvenir d’un dîner exquis avec des compagnons exquis. »

Marc GUILLAUME : « Merci à Jean MANDELBAUM d’ouvrir un espace de liberté pour la parole, à l’image de son immense curiosité intellectuelle et de son attention aux autres. Je souhaite longue vie à son aventure qui nous rappelle opportunément, en ces temps de technologie de la communication, que rien ne remplace le face à face corporel, le tissage des conversations et l’alchimie des rencontres. »

Pierre DANINOS : « Quelle soirée merveilleuse ! On est questionné mais non agressé par des participants sincères qui ne manifestent envers l’invité qu’une curiosité authentique. Quelle atmosphère attentive et sympathique ! »

Serge JULY : « Tout à fait exceptionnel ! »

André FONTAINE : « En souvenir d’une soirée dont la vivacité, conforme à l’attente, a toujours fait bon ménage avec la courtoisie et la bonne humeur. »

Akio MORITA (de passage à Paris) : « It was a great pleasure and honour to have been the guest of such a distinguished group. »

(Grand chœur des invités) : « Quelle qualité d’écoute! Quel silence actif ! »

Professeur Jean BERNARD : « Je n’ai jamais eu à répondre à d’aussi intelligentes questions. »

Raymond BARRE : « Agréable soirée… discussions stimulantes… tous mes vœux pour vos activités… »

Pierre MENDES-FRANCE : « Je formule tous mes vœux pour la réussite de votre entreprise. »

François DALLE : « Je ne saurais me poser en « vieux routier » des rencontres-débats, toutefois, l’expérience que j’en ai me permet d’apprécier à son vrai prix la qualité du contact que j’ai senti s’établir avec chacun de mes hôtes sous votre stimulante et perspicace « férule ». Votre habilité à la maïeutique n’égale que le brio, la gentillesse et la chaleur de votre hospitalité. Il m’est rarement arrivé de me trouver si vite et si complètement à l’aise sous le feu des questions toujours adroites, toujours intéressantes, jamais mesquines ou inutilement agressives. Votre érudition, dont j’ai pu voir briller quelques-unes des facettes, s’alliait harmonieusement avec  la motivation et les personnalités de tout mon auditoire. Tout était parfait : le verbe, l’atmosphère, la chère. Je comprends que l’on se presse à votre table. La formule est merveilleuse. La cooptation sans défaut. Ne l’ébruitez pas trop. »

Alain PEYREFITTE : « Soirée stimulante. »

Victor HAIM : « Comme je me suis entouré de chaleur et d’indulgence, je suis à la lisière du bonheur. »

Lucien BODARD : « Je suis heureux de ma rencontre à Rencontres et Echanges. »

Jane BIRKIN : « Je garde de cette soirée, dans ma tête, comme une belle souvenir. »

Julitette GRECO : « Très heureuse de vous avoir rencontrés : chauds, doux et gais. »

Michèle COTTA : « Il nous aurait fallu quelques heures de plus. »

Michel SERRES : « Jean MANDELBAUM c’est la mademoiselle de LESPINASSE du XXème siècle ! »

Simone VEIL : « Avec mes remerciements pour ce moment privilégié pendant lequel, grâce à la spontanéité de l’entretien, j’ai oublié la prudence des hommes ou des femmes politiques pour me livrer avec une totale sincérité. »

Jean DAUSSET (Prix Nobel de Médecine) : « Des rencontres comme celles-ci, si sympathiques, devraient se multiplier. Elles permettent d’aller au fond de soi-même. C’est certainement très sain. »

Maître Jacques TAJAN : « Cette rencontre fut pour moi un moment délicieux. »

Michel DEBRE : « Utile rencontre… bonne rencontre. »

Michel DRUCKER : « J’ai beaucoup parlé, j’ai beaucoup ri, j’ai beaucoup aimé ! »

Maurice SCHUMANN : « Quelle joie que de pouvoir s’abandonner en confiance en sachant qu’on sera compris et en sentant qu’on ne risque pas d’être trahi ! Merci… »

Elisabeth PLATEL : « On aurait voulu rester plus longtemps pour vous faire connaître notre art et notre passion. »

Lionel STOLERU : « Soirée vérité où chacun peut exprimer ses sentiments profonds dans la tolérance mutuelle. »

Robert HOSSEIN : « Admiratif et sous le charme d’une femme pleine de sensibilité et que je devine très attentive aux autres. Amicalement. » – 07/04/2003

Patrick POIVRE D’ARVOR : « En souvenir d’une belle soirée d’été. Chaleureusement. » – 04/06/2003

Georges BALLANDIER : « A Joëlle qui m’a surpris entre deux portes, qui m’a entraîné là où se font les vraies rencontres en amitié vraie. » 22/03/2005

Roger-Pol DROIT :  « Avec mes remerciements les plus vifs pour votre invitation, votre accueil chaleureux et attentif (autant que souriant) et pour l’écoute de tous vos membres. » 21/11/2005

Jean-Louis SERVAN-SCHREIBER :   « Les moyens modernes nous permettent de joindre nos semblables à l’autre bout du monde, mais rien ne remplace un groupe humain sympathique. Merci de m’avoir permis de le rencontrer ce 1er février 2006. »  01/02/2006

Luc FERRY : « Mille mercis à Joëlle pour cet accueil si chaleureux… et si intelligent à la fois. J’ai passé une excellente soirée. Avec mes plus amicales pensées. »  11/10/2006

Jean-Noël JEANNENEY :  « J’ai eu plaisir à rencontrer le chaleureux public de R&E et de converser avec lui sur la culture, la Toile… et la mémoire. Merci pour cet accueil. » – 16/01/2007

Thierry de MONTBRIAL : « Avec tous mes remerciements pour un accueil délicieux et une soirée fort amicale. » – 24/04/2007

Peter MAYLE : « Merci, Joëlle, pour une soirée très sympa. Vive la France ! »

Marc GUILLAUME : « J’espère avoir ouvert quelques pistes de pensée et ne pas avoir trop touché les points sensibles : mais la pensée n’est pas toujours confortable. » – 05/02/2008

Claudine ANDRE : « Merci à Stéphane pour cette « première » de la reprise du flambeau ! Avec tout mon amour pour les bonobos du Congo. » – 11/06/2012

Elisabeth de FONTENAY : « Merci, Joëlle et Stéphane, de cette soirée inoubliable de confiance et d’amitié. » – 27/10/2012

Thierry MARX : « Mets d’amour et amour des mets. Amitiés »

Catherine PEGARD : « Cette soirée qui devait témoigner de trois vies successives n’en racontait finalement qu’une… avec la fidélité qui nous rassemble. » – 15/09/2013

  • Dialogue entre Raymond ARON et Jane BIRKIN :

J.B. : « Raymond ARON, quel souvenir conservez-vous de votre dîner à Rencontres et Echanges ? »
R.A. : « Un souvenir extrêmement positif. Et vous ? »
J.B. : « Pour moi, ce fut une soirée extra. »

  • Raymond BARRE à Michel PONIATOWSKI :

« Il faut absolument que vous acceptiez l’invitation de Rencontres et Echanges : c’est à la fois stimulant et sympathique. »

  • Arnold MANDEL à Jean MANDELBAUM :

« J’ai désormais plus confiance en vous qu’en moi-même; »

  • Jean-Philippe LECAT aux participants à son dîner:

« On m’avait dit que vos réunions étaient passionnantes, mais je ne croyais pas qu’elles le fussent à ce point ! Il faut absolument que je dise à Valéry GISCARD D’ESTAING d’y venir, c’est exactement ce dont il a besoin actuellement. »

  • Jean-Jacques SEMPE à Jean MANDELBAUM et Marc GUILLAUME :

« Vous réussissez à faire ce que jamais la télévision n’a réussi à faire réellement : faire se rencontrer les gens. »

  • Jean-Marc CERRONE à Jean MANDELBAUM :

« Quand je voudrai réellement connaître quelqu’un, je vous le présenterai et j’écouterai ! »